Jean-Marie Cousset / French Artist

Biography/Biographie

Home | Buffet | Gallery/Galerie | Biography/Biographie | Reviews/Revues | Exhibitions/Expositions | Contact Us/Contactez-nous | Links/Liens | Catalog/Catalogue | Photographic Art

JMstudio.JPG
JM Studio












English


 


 

 

    Jean-Marie Cousset was born September 17, 1950, in Angouleme, France (in the department of the Charente). From the age of one until he was twenty-two, he lived near Paris, at the Chateau des Mesnuls, where his father conducted a school, created in 1945, uniquely for handicapped children. Prior to directing this facility for twenty years, his father was a professor of Latin, Greek, History and Geography. His paternal ancestors were fisherman at La Rochelle; his mother's family had manufactured umbrellas in Angouleme. His artistic talent stemmed perhaps from his maternal grandmother, a cellist and an amateur painter. He has two siblings: a brother who is a doctor in Bordeaux and a sister who is an insurance agent in Rouillac (near Angouleme).


    Jean-Marie studied architecture for three years in Paris and spent two years at the Academie Charpentier, also in Paris, to perfect these skills with the techniques of drawing and painting. He began to paint seriously during his year of compulsory military service, at the end of which time he had his first exhibition. It was at this time that he met Birmingham photographer Ed Willis Barnett, who, impressed with this young French artists talent invited him to Birmingham to take part in the 1973 Festival of Arts Salute to France. His first exhibit in Birmingham was in the Town Hall Gallery at the Birmingham University School. He returned to Birmingham for the 1989 Festival of Arts, again saluting France, where his festival sponsored exhibit was hung at Monty Stabler Galleries, her first show at the Homewood location.


      Monsieur Cousset admires and has been influenced by the works of Magritte, Jerome Bosh, Escher, Topor, Steinberg, Felicien Rops and Glen Baxter. He uses musical inspiration while drawing and painting, the compositions of Monteverdi, Coltrane, Miles Davis, Tom Waits, Monk, Bach, Paul Desmond and Keith Jarret. He says that it is not necessary to look for some obscure meaning in his paintings; he simply tells a story, using images to express the story as a dream and each viewer can arrange the story as he wishes, starting at any point or from any direction on the painting. He often uses architectural elements and animals in his works.        

     At its inception in 1972, the work of Jean-Marie Cousset consists exclusively of works in black and white (ink on paper). Halfway between surrealism and fantasy, the style is already very personal. The line is clear and precise, the design is stripped and realistic, thanks to a technique of shadow perfectly mastered, which gives the design a striking relief. But we never can focus on the beauty of form, because another persecutes. Three themes (the human body, the city and nature) intertwine or collide in this incongruous alliances what surrealism universe. Yet the mixture does not seem artificial, as the subject, but mutant immutable, seems unique. This unique, valuable advice Gourmelin, seems to combine purity and clarity. The meeting of these three themes bud few obsessions: leafless trees, hands, craters, cracks, huge castles and improbable, desperately empty. Sometimes the eye can see with delight in the intricacies of a boundless imagination. Humor, absurdity and tricks are present without artifice.
   But the artist is not trying to reassure. The humor is black, reminds us of the absurdity in a world very close and the final trick more critical powers of observation than just a game It is then seized by the sense of the tragedy of Jean-Marie Cousset. Classical tragedy (love, life, death) rubs a modern tragedy where man and nature, the same blood, suffer the oppression of a contemporary world into disrepair, where physical development is an almost masochistic unconsciousness. For the art of Jean-Marie Cousset is indeed an art of expression. It never goes completely free from one of his works. Still need to get out. Anxiety grips the audience as if he were suddenly faced with a terrible truth unsuspected. Lack of communication, freedom gagged, dehumanization, it is ultimately the everyday fears are exacerbated in a playful but discerning art.
   Appears while in 1977 a new form of graphic expression drape. The perfect technique offers among large white spaces careful respect and a sense of terrain served by a play of shadows around finesse. If the stroke of a pen is in some ways the same, the pictorial world changes dramatically. The blackness of humor and anxiety that goes with the ink that replaces pencil. Characters finally shown in their entirety are completely covered with cloth. Subject always unique, absent or architectural decoration (pedestal, scallop, walls doors ...)
   This is an anonymous world, a world in which human beings are reduced to cascades of folds, to frozen and private ghosts of their meaning. A humanity in the attitude of the characters hint makes ripping their muzzle. To contemplate, you feel stifled, especially when a rope is tightening their unusual clothes. More intriguing than truly distressing, these drawings seem to reflect on the mystery of life that lies beneath the veil.
   In 1979, Jean-Marie Cousset began a slow progression to color and paint, prompted by the realization of painted walls. Initially draped characters are the main topics. White disappears suddenly. Color pencil, color more frequently performed works on gray paper. Work support (collage, wrinkled and even outgoing array objects paper) gives a new dimension to the terrain. More artist varies components of his universe: man disappears replaced by the animal. First birds, always draped.
   That's when the pen leaves room for the final ink. Aware of the major turning point that takes his career, Jean-Marie Cousset significantly reduced the number of its exhibitions to engage fully with pictorial research. To strictly graphic level it makes an abrupt transition to very colorful drawings. Green, blue, purple, orange, dominate new works, or rather testing, while the sky remains mostly white as a void that will need to be filled.
   The new themes (from frescoes and illustrations done in parallel) state a clear dominance of nature. Animals camped star located or even melted in a surprisingly vibrant flora, almost naive, also appears a new obsession: music, through instruments, mostly jazz. Surrealism in outlandish claims of these themes mergers, which in some ways reminiscent of the early works. But the fun is apparently the sole purpose of the artist.
   That's when the artist reworks the new stylesheet to transform  what  is  only  a drawing into a picture in itself.
   The new works, still on paper, are worked in ink and acrylic paints. Their use on the entire table permanently excluded white, to create a dark world of tormented skies. The artist gives only the graphics by anxiety that the meaning of the first works evoked. The key is a realism and impressive accuracy. A far cry from the old count, every corner of the table seems to have been thoroughly designed and worked. The details are many and executed carefully, it is small and marginal elements hiding in the expanse of the table, the colors become more varied but always with a darkish, also the size grows. All of these tables shows the graphical richness achieved through the use of techniques previously used: draped painted or glued, collages, objects various escaping from the surface of the table. To this is added a new and original use of paper: for collages or drawing draped surprising reasons of accuracy, it uses cigarette paper material particularly fragile. The characters of the last drawings, in which they provoked a smile, are first plunged into the murky world where they inspire distress and despair, to gradually take root themselves in this disturbing atmosphere. Animals are everywhere. However, always alongside men (rare and small costumed) and animals (mutant or not) characters to the human body and animal head (mainly birds) make their appearance, dressed logs and heavy draped fabrics and precious suits . These beings exude a charisma that gives them a strange personality that evokes tragic hero. It is hopelessly captivated by this unusual world that combines these characters, these tumultuous funds, these buildings architecture charged, or other miscellaneous items. These shock of cultures, eras, animal species cause a creative fusion: we are dealing with a single world, each table describes one aspect. The artist operates as a realistic description of a fantasy world. Each work by its multiple motives and unexpected situations seems to tell a story or a legend that the viewer is constantly reinventing itself.
   The deeply surreal spirit of Jean-Marie Cousset build a world of dream and nightmare that live in communion elements of ours, as if desperate observation made our ridiculous society. The absurd hunting reality of a reign of deception and oppression.

 

    French

Jean-Marie Cousset est né le 17 septembre 1950 à Angoulême en Charente. Jusqu’à 22 ans il a vécu près de Paris au Château des Mesnuls où son père dirigeait un Centre de Rééducation pour jeunes infirmes, créé en 1945. Avant de prendre cette direction, son père fut professeur de latin, grec, histoire et géographie. Ses ancêtres paternels étaient pêcheurs à La Rochelle ; ses ancêtres maternels étaient fabricants de parapluies à Angoulême. Ses talents artistiques viennent peut-être de sa grand-mère maternelle, violoncelliste et peintre amateur. Il a un frère qui est médecin à Bordeaux et une sœur agent d’assurance à Rouillac près d’Angoulême.

  Jean-Marie a étudié l’Architecture pendant trois ans à Paris et deux ans à l’Académie Charpentier aussi à Paris pour perfectionner sa technique de la peinture et du dessin. Il a commencé à peindre sérieusement pendant son service militaire, à la fin de celui-ci il fit sa première exposition à Angoulême. Il y fit la rencontre  du photographe Ed Willis Barnett, qui impressionné  par le talent de ce jeune artiste, l’invita à exposer  à Birmingham, pendant le Festival des Arts en 1973, où la France était invitée. Sa première exposition à Birmingham a eu lieu à Town Hall Gallery de la Birmingham University School. Il revient à Birmingham en 1989 pour le Festival des Arts, saluant encore la France. Ce fut sa première exposition à la Galerie Monty Stabler à Homewood.

   Jean-Marie Cousset admire et prends quelques influences chez Magritte, Jérôme Bosch, Escher, Topor, Steinberg, Félicien Rops et Glen Baxter. Il est très inspiré par les musiques de Bach, Monteverdi, Coltrane, Miles Davis, Paul Desmond, Keith Jarret, et Tom Waits.

Il explique qu’il n’est pas nécessaire de voir des significations obscures dans sa peinture ; il raconte simplement une histoire, utilisant des images pour exprimer un rêve, et chaque spectateur peut construire l’histoire comme il le sent. Il utilise souvent des éléments d’architecture  et des animaux.

 

 

 

 

 

 

  A ses débuts, en 1972, l’œuvre de Jean-Marie COUSSET se compose exclusivement d’œuvres  en noir et blanc (encre sur papier). A mi-chemin entre surréalisme et fantastique, le style est déjà très personnel. Le trait est clair et précis, le dessin est dépouillé et réaliste, notamment grâce à une technique de l’ombre parfaitement maitrisée, qui donne au dessin un relief saisissant. Mais jamais on ne peut s’attacher à la beauté d’une forme, car une autre la persécute. Trois thèmes (le corps humain, la ville et la nature) s’entremêlent ou s’entrechoquent dans cet univers d’alliances incongrues qu’est le surréalisme. Pourtant le mélange ne paraît pas artificiel, tant le sujet, mutant mais immuable, parait unique. Cette unicité, conseil précieux de Gourmelin, semble vouloir allier pureté et clarté. De la rencontre de ces trois thèmes bourgeonnent quelques obsessions : des arbres sans feuilles, des mains, des cratères, des fissures, des châteaux immenses et improbables, désespérément vides. Parfois le regard se perd avec délices dans les méandres d’une imagination sans bornes. Humour, absurdité et astuces sont présent sans artifices.

   Mais l’artiste ne cherche pas à rassurer. L’humour se fait noir, l’absurdité nous rappelle un monde en définitive très proche et l’astuce plus un don d’observation  critique qu’un simple jeu. On est alors saisi par le sens aigu de la tragédie de Jean-Marie Cousset. La tragédie classique (amour, vie, mort) côtoie une tragédie moderne où homme et la nature, du même sang, subissent l’oppression d’un monde contemporain en décrépitude, où l’évolution matérielle sert une inconscience presque masochiste. Car l’art de Jean-Marie Cousset est bel et bien un art de l’expression. On ne sort jamais totalement indemne de l’une de ses œuvres. Encore faut-il en sortir. L’angoisse agrippe le spectateur comme s’il était soudainement confronté à une vérité terrible non soupçonnée. Incommunicabilité, liberté muselée, déshumanisation, ce sont finalement des peurs quotidiennes qui sont exacerbées dans un art ludique mais sagace.

   Apparait alors en 1977 une nouvelle forme d’expression graphique : le drapé. La parfaite maîtrise technique offre au milieu de larges espaces blancs un trait minutieux et un sens du relief servi par un jeu d’ombres tour en finesse. Si le coup de crayon reste à certains égards le même, l’univers pictural change radicalement. La noirceur de l’humour et de l’angoisse disparaît avec celle de l’encre, que remplace le crayon. Des personnages enfin montrés dans leur intégralité sont entièrement recouvert de drap. Sujet toujours unique, décor absent ou architectural (piédestal, feston, portes murs...)

   C’est un monde anonyme, un monde où les êtres sont réduits à des cascades de plis, à des fantômes figés et privés de leur sens. Un soupçon d’humanité dans l’attitude des personnages rend plus déchirant leur muselage. A les contempler, on se sent étouffé, d’autant plus lorsqu’une corde vient resserrer leurs habits insolites. Plus intrigants que véritablement angoissants, ces dessins semblent s’interroger sur la vie dont l’énigme se cache sous le voile.

   En 1979, Jean-Marie Cousset entreprend une lente progression vers la couleur et la peinture, incité par la réalisation de murs peints. Dans un premier temps les personnages drapés restent les sujets principaux. Le blanc disparait brutalement. La couleur, au crayon, teinte de plus en plus fréquemment des œuvres réalisées sur papier gris. Un travail de support (collage, papiers froissé et même objets sortant du tableau) donne une nouvelle dimension au relief. De plus l’artiste varie les composantes de son univers : l’homme disparait remplacé par l’animal. D’abord des oiseaux, toujours drapés.

   C’est alors que le crayon laisse définitivement place à l’encre. Prenant conscience du tournant majeur que prend sa carrière, Jean-Marie Cousset réduit considérablement le nombre de ses expositions, pour se livrer entièrement à des recherches picturales. Au niveau strictement graphique il effectue un passage brusque à des dessins très colorés. Vert, bleu, mauve, orange, dominent de nouvelles œuvres, ou plutôt essais, tandis que le ciel reste le plus souvent blanc tel un vide qu’il va falloir combler.

   Les nouveaux thèmes (issus des fresques et illustrations réalisés en parallèle) affirment une dominance nette de la nature. Les animaux campent le premier rôle, situés ou même fondus dans une flore étonnamment vivante, presque naïve ; apparait aussi une nouvelle obsession : la musique, à travers des instruments, principalement de jazz. Le surréalisme s’affirme dans des fusions incongrues de ces différents thèmes, ce qui, à certain égards, rappelle les premières œuvres. Cependant le côté ludique reste apparemment le seul but de l’artiste.

   C’est alors que l’artiste retravaille ce nouveau style pour convertir ce qui n’est encore que dessin en un tableau à part entière.

   Les nouvelles œuvres, toujours sur papier, sont travaillées à l’encre et aux peintures acryliques. Leur utilisation sur le tableau tout entier exclue définitivement le blanc, pour créer un univers sombre de ciels tourmentés. L’artiste redonne ainsi par le graphisme seul l’angoisse que le sens des premières œuvres évoquait. La touche est d’un réalisme et d’une justesse impressionnants. A mille lieues de l’ancien dépouillement, chaque recoin du tableau semble avoir été longuement conçu et travaillé. Les détails sont nombreux et exécutés avec minutie, c’est ainsi que de petits éléments marginaux se cachent dans l’étendue du tableau, les couleurs deviennent plus variées mais toujours avec une dominante sombre, en outre le format s’agrandit. L’ensemble de ces tableaux témoigne de la richesse graphique atteinte grâce au recours à des techniques précédemment utilisées : drapés peints ou collés, collages, objets divers s’échappant de la surface du tableau. A celle-ci s’ajoute une nouvelle utilisation originale du papier : pour des collages de drapés ou le dessin de motifs surprenants de précision, il se sert de papier à cigarette, matière particulièrement fragile. Les personnages des derniers dessins, dans lesquels ils provoquaient le sourire, sont d’abord plongés dans ce monde glauque, où ils inspirent détresse et désespoir, pour peu à peu prendre eux-mêmes racine dans cette ambiance inquiétante. Les animaux sont omniprésents. Côtoyant toutefois toujours des hommes (rares, petits et costumés) et des animaux (mutants ou non) des personnages à corps humain et à tête animale (d’oiseaux principalement) font leur apparition, vêtus de logs et lourds tissus drapés ou en costumes précieux. Ces êtres dégagent un charisme que leur confère une personnalité étrange qui évoque des héros de tragédie. On est irrémédiablement captivé par ce monde insolite, où se mêlent ces personnages, ces fonds tumultueux, ces édifices à l’architecture chargée, ou d’autres éléments divers. Ces chocs de cultures, d’époques, d’espèces animales provoquent une fusion créatrice : on a affaire à un monde unique, dont chacun des tableaux décrit un aspect. L’artiste opère comme une description réaliste d’un univers fantastique. Chaque œuvre par ses motifs multiples et ses situations inattendues semble vouloir raconter une histoire, ou une légende que le spectateur réinvente constamment.

   L’esprit profondément surréaliste de Jean-Marie Cousset bâtit un monde du rêve et du cauchemar où vivent en communion les éléments du nôtre, comme si un constat désespéré rendait notre société dérisoire. L’absurde chasse la réalité d’un règne de déception et d’oppression.  

 

 

 

 

 

USA

324 North Pine Hill Road

Birmingham, AL 35217

(205) 841-1454



FRANCE 

501 Rue D'Angouleme
 
 16170 Rouillac
 
09 67 40 39 90